CaroleWilmet_AlaUne

W is for Wilmet!

Ca y est, les vacances sont terminées et vous sentez la déprime arriver ?
Heureusement nous vous avons préparé toute une série d’articles pour la rentrée.
Et cette semaine, c’est Carole Wilmet qui ouvre le bal.

CaroleWilmet-photo

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Carole Wilmet, je suis illustratrice freelance installée dans le sud de la Belgique, pas très loin des frontières française et luxembourgeoise. Je travaille principalement dans l’univers de la mode et de la beauté, ainsi que dans l’édition et je suis parallèlement designer textile. En 2014, j’ai lancé une gamme d’articles déco appelée Wilde pour décliner mon univers sur différents supports. J’adore les avocats et le chocolat (mais pas forcément ensemble).

CaroleWilmet-wilde

Parlez-nous de votre parcours professionnel, comment êtes-vous devenu illustratrice ?
Dessiner, c’est l’une des premières choses que l’on fait et que l’on apprend quand on est enfant. Donc, comme tous les illustrateurs, j’ai toujours dessiné. Petite, je dessinais les princesses de Disney et mes personnages de B.D. favoris. Déjà, à cet âge-là, j’aimais représenter les humains, les personnages, les mimiques, les caractères…

Je n’étais pas du tout confiante à l’idée de me lancer sur la voie artistique pour autant car ce n’est pas forcément facile de vivre de son art. Après avoir longuement hésité (comme toujours), j’ai tout de même entrepris des études de graphisme en Belgique que j’ai complétées avec une formation d’un an en webdesign. C’était un choix mi-passionné mi-rationnel, un chemin artistique mais qui aurait dû me garantir un emploi à l’arrivée (en général, dans le monde du web, on ne meurt pas de faim).

Et pourtant, j’ai toujours dessiné et tenu un blog rassemblant mes illus. Avant la fin de ma formation web, j’avais déjà pas mal de demandes et de contrats, ce qui m’a permis de me lancer en freelance directement (that’s a bingo).

Comment définiriez-vous le métier d’illustrateur ?
C’est un rêve d’enfant, donc forcément, à mes yeux, c’est le plus beau métier du monde. Comme toutes les personnes qui ont leur propre activité, il y a des hauts et des bas mais je n’ai jamais regretté d’avoir choisi de me lancer dans ce domaine. C’est un travail qui demande pas mal de discipline contrairement à ce qu’on pourrait croire; quand on travaille seul chez soi, il est important de garder un horaire de travail bien établi et un rythme de vie sain si on ne veut pas devenir fou. La solitude ne convient pas non plus à tout le monde mais, personnellement, c’est un aspect du boulot que je chéris.

C’est aussi un domaine où il faut continuellement travailler, tenter de s’améliorer, adapter son style. Il est nécessaire de toujours se remettre en question pour ne pas proposer le même type de dessins pendant des décennies tout en gardant sa touche personnelle. C’est une recherche d’équilibre qui peut être difficile à trouver mais qui est aussi très stimulante.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Je m’inspire principalement des gens que je croise, des personnalités que je rencontre, des expressions. J’aime les gens qui ont une originalité manifeste, un côté un peu extravagant. Que ce soit des amis, des inconnus dans la rue, des visages photoshopés dans les magazines… je trouve des petites choses qui m’inspirent un peu partout et je me plais à les rassembler dans mes dessins.

Charlotte + Florent – Tous droits réservés © Carole Wilmet
Charlotte + Florent – Tous droits réservés © Carole Wilmet

Le domaine de la mode joue bien évidemment un grand rôle aussi, j’adore représenter sur papier les tendances qui me plaisent le plus. Mon portfolio est une sorte de recueil de toutes les choses que je vois, que j’apprécie et dont je m’empare.

Vivant à la campagne, la nature a aussi son rôle. J’aime m’inspirer des couleurs que je vois, que ce soit celle d’une feuille d’arbre ou d’un coucher de soleil… et les retranscrire sur papier. J’essaye de représenter la sérénité d’une vie au milieu de la nature. Mes dessins se sont assagis et adoucis depuis que je vis entourée de verdure. C’est un détachement qui me plaît.

Qu’aimez-vous dessiner en général ?
Les gens, les visages, le plus souvent des filles mais j’aime beaucoup les portraits en général. J’adore analyser les traits de mes modèles et j’aime par-dessus tout représenter les visages qui se déforment sous les rictus et grimaces. Dessiner des silhouettes, des styles, des vêtements est également un aspect de mon boulot que j’apprécie particulièrement.

Quand je vois quelque chose qui me plaît (un habit, un accessoire… ), il m’arrive souvent de le dessiner plutôt que de l’acheter, ça me permet de m’en emparer, de l’adapter à ma sauce, d’en faire une partie de mon univers. C’est une façon bien plus personnelle de le posséder et c’est une petite consolation quand je ne peux pas me permettre de l’acheter!

It’s summertime – Tous droits réservés © Carole Wilmet

Préférez-vous une technique plutôt qu’une autre ? (Encre, aquarelle, digital, crayon à papier, …) Pourquoi ?
Je dessine au crayon sur papier. J’ajoute généralement la couleur à l’aquarelle ou virtuellement. J’ai toujours préféré le crayon pour son côté spontané et pour le rendu qu’il permet d’obtenir. J’aime passer d’un trait fin et léger à une autre, plus gras, plus appuyé. Le crayon le permet et a ce petit côté irrégulier et imparfait qui me plaît énormément.

Mes dessins sont ensuite scannés et « nettoyés » sur ordinateur. C’est en général à ce moment là que je fais intervenir la couleur. Si j’aime le côté spontané du crayon, jouer avec les couleurs de façon virtuelle est vraiment amusant et ça m’évite de me planter. Difficile de revenir en arrière quand on travaille l’aquarelle, alors que numériquement, tout est permis et c’est une liberté à la fois rassurante et inspirante.

carolewilmet-theboyandthecat_4Pouvez-vous nous décrire votre environnement de travail ?
Mon bureau se trouve dans une mezzanine qui surplombe mon appartement. Il est assez grand, je trouve qu’il est nécessaire d’avoir un maximum d’espace pour pouvoir étaler son matériel tout autour de soi quand on dessine (là où il y a de la gène, il n’y a pas de plaisir).

carolewilmet-office

J’ai un beau grand écran d’ordinateur, une tablette graphique vieille et vaillante, un scanner très efficace et, bien sûr, une armée de crayons et de pots remplis d’outils divers.

J’ai la chance d’avoir un espace de travail bien délimité, il n’empiète pas sur la partie « vie privée » de mon appartement. Quand je travaille en haut, dans la mezzanine, je ne suis pas pour autant coupée de ce qui se passe en bas, par contre, quand je suis en bas, au salon, je n’ai aucune interaction avec le boulot. Ça me permet de déconnecter.

Derrière moi, j’ai aussi une petite bibliothèque plutôt bien fournie. J’ai une véritable passion pour les livres d’arts, je manque perpétuellement de place…

carolewilmet-bibli

Racontez-nous votre journée type…
Comme je le disais plus haut, j’ai des horaires assez stricts. J’ai le luxe de pouvoir dormir jusqu’à 8 heures du matin (le meilleur métier du monde, je vous dis) et je commence ma journée entre 9h et 9h30. À 13h, je fais une pause de 30 minutes pour manger puis je repars jusque 18h ou 18h30.

Bon appétit – Tous droits réservés © Carole Wilmet
Bon appétit – Tous droits réservés © Carole Wilmet

Il y a parfois des périodes plus creuses que d’autres où je n’ai pas assez de boulot pour alimenter toute une journée de travail. J’en profite alors pour faire des dessins « pour moi ». Il me semble que c’est important de continuer à créer des pièces personnelles tout au long de sa carrière car c’est ce qui permet d’alimenter sa passion et de s’améliorer. Bien entendu, il arrive aussi que j’ai trop de boulot et que les journées soient trop courtes… c’est aléatoire.

Une grande partie de mon temps est consacrée à la comptabilité et à la paperasse. C’est le côté moins amusant. Il y a aussi la partie « communication », répondre à ses mails bien sûr, mais aussi mettre à jour son blog, son portfolio, partager ses créations sur les réseaux sociaux… Ce n’est pas trop mon truc, mais c’est indispensable, alors je fais mon petit possible.

Le reste du temps, je dessine, je fais des recherches, je retouche, j’expérimente…

Pouvez-vous nous parler d’une de vos réalisations qui vous tient particulièrement à cœur ?
Il y a quelques années, alors que je vivais encore chez mes parents, j’ai fait un dessin que j’aime beaucoup, un bikini. C’était une critique (plutôt douce) du monde de la mode et de la production qui se fait dans des pays où les employés sont sous-payés. J’étais assez satisfaite du résultat à l’époque au niveau des ombres (je ne suis pas si souvent satisfaite). Je l’ai bien entendu partagé sur les réseaux sociaux et j’ai eu de bons retours.

Made in China – Tous droits réservés © Carole Wilmet

Peu de temps après, mon père me tend le dessin original en me disant qu’il l’a retrouvé dans les déchets papiers alors qu’il s’apprêtait à les jeter. Il m’a dit que c’était magnifique et qu’il ne comprenait pas pourquoi je voulais m’en séparer. Je l’avais bien évidemment mis à la poubelle par erreur, mais ça m’a touché qu’il le complimente et qu’il prenne la peine de le sauver… depuis, je le garde précieusement dans ma farde à dessins.

Vous êtes inscrit sur Unikness mais travaillez-vous sur d’autres projets en parallèle ? (livre, BD, exposition, …)
Je travaille souvent sur plusieurs projets en même temps qui sont en général assez variés… J’avais une exposition qui vient de se terminer fin août et une autre qui commence en octobre à Liège, ma ville natale. J’ai plusieurs autres contrats en ce moment notamment pour Sephora pour qui je réalise des images destinées aux réseaux sociaux.

Vous avez un mot de conclusion ?
Merci de m’avoir lue. Si vous rêvez d’être illustrateur, lancez-vous, et si vous rêvez de quoique ce soit d’autre, lancez-vous quand même.

Voler temps - Tous droits réservés © Carole Wilmet
Tous droits réservés © Carole Wilmet

 

Cliquez ici pour commander une illustration à cet artiste

 

A découvrir également ...

Unikness – 850×180 – bottom post – rentree

Une réflexion sur “ W is for Wilmet! ”

  1. Chère Carole,

    Je viens de terminer le livre de Sophie que j’ai vraiment adoré. Étant curieuse de savoir ce qu’elle est devenue, j’ai pris ma tablette et de fil en aiguille, je suis tombée sur ce site. C’est vraiment merveilleux que tes passions de petite fille soient devenues ton quotidien. Ce que tu fais est magnifique! Je t’admire régulièrement dans le Vif.
    Je me souviens de toi le crayon à la main dés que tu avais terminé ton TAA!!! Tu ne perdais jamais une minute!
    Je suis vraiment fière de mes deux merveilleuses élèves.
    Continue encore très longtemps à vivre de tes rêves.

    Bien affectueusement.

    Fabienne Doutrewe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *